AMR Haute-Loire

Le mot du Président de l’AMR43

 

Qu’il me soit permis de saluer et féliciter les nouveaux maires, adjoints (es) et conseillers (ères)  municipaux élus en 2020.

Le maire et les conseillers municipaux

Candidater à une élection municipale c’est s’engager pour une commune, pour un territoire et pour servir la population.  Le mandat qui est confié au maire et son équipe municipale l’oblige à réussir le challenge pour lequel il s’est engagé.

Dés sa prise de fonction le nouveau maire fait face à une activité complexe souvent semée d’embuches. La nouvelle équipe municipale va devoir répondre sans attendre à l’attente de ses concitoyens pour leurs  besoins locaux, leur quotidien, leur soucis tout en appliquant un plan de mandat sans dépenser plus dans le budget de la commune. Dans le contexte actuel, avec la crise sanitaire autour du covid, le travail du maire et de ses adjoints est encore plus délicat à mener. Dans cette période de crise économique et sociale, la solidarité s’impose davantage encore aux uns et aux autres y compris dans les collectivités publiques.

L’intercommunalité en question

La problématique de la  place de la commune dans l’intercommunalité n’a pas été évoqué ou très peu dans la campagne électorale de mars et juin 2020 que ce soit à la ville comme à la campagne. C’est regrettable  car ce sujet est essentiel pour faire avancer l’attelage intercommunal au sein d’une population qui ne connait pas  son mode de fonctionnement. Au cours de leur campagne électorale des annonces ont été faites par les élus d’aujourd’hui. Avaient-ils entre leurs mains tous les leviers pour conduire la politique annoncée ? Non, car la relation “commune – intercommunalité” n’a pas été abordée ou volontairement délaissée.

Les dix dernières années ont été jalonnées d’une série de réformes dans les collectivités territoriales  avec la seule vision du “toujours plus gros” comme seul avenir à l’organisation territoriale dans le pays. Il y a quelques années seulement, le message “les 36000 communes coutent trop cher” a été largement diffusé, en revanche, le message “la commune est utile” n’a jamais été diffusé.  C’est ainsi qu’il y a eu les lois RCT (réforme des collectivités territoriales) de 2010, la loi ALUR (urbanisme de 2014), la loi NOTRe (nouvelle organisation des territoriales) du 7 août 2015. Cette dernière vide de manière irréversible  la commune de ses compétences pour aller jusqu’à son extinction.

L’Intercommunalité doit être un outil au service des communes

Je ne reviens pas sur les signes annonciateurs de la crise de novembre 2018.  Face à la crise des gilets jaunes, révélatrice d’un malaise profond dans la population, l’association des maires ruraux de France a lancé en urgence les cahiers de doléances et de propositions. Une action populaire, utile, qui a très bien fonctionné dans les mairies. Les maires ruraux ont été très actifs dans le grand débat voulu par le Président de la République. Cela a contribué très largement  a dégonfler la bulle de la crise sociale. La loi “Engagement et Proximité” de fin décembre 2019  apporte quelques changements à la loi NOTRe mais n’en change pas le fonds.

Les maires ruraux ne doutent pas de l’attractivité des territoires ruraux car dans chaque commune il y a des villages qui sont autant de lieu de vie.  La France des villages c’est la France de la proximité.

Les maires ruraux ne sont pas opposés à l’intercommunalité au contraire, ils veulent croire que l’idéal coopératif est vivant car dans EPCI (Etablissement Public de Coopération Intercommunal)  il y a “coopération”.

C’était ma vision dés 1995, date de ma première élection municipale, et j’ai travaillé avec d’autres à la mise en place de l’intercommunalité dés ses débuts.

Nous voulions faire de l’intercommunalité un outil au service des communes. Au contraire, les lois successives en ont fait un outil au service de l’état. Un état convaincu qu’en l’espace de 20 ans l’intercommunalité avalerait en douceur les communes. Les crises en 2018 et de 2020 viennent bouleverser le paradigme d’avant. Les maires et les communes deviennent utiles à la société.

Les maires ruraux ne se résignent pas. Ils portent le message de l’AMRF du printemps de 2020 et invitant les maires et les délégués communautaires à reprendre en main l’intercommunalité.

Pour rappel, l’AMR43 (Association des maires ruraux de la Haute-Loire) a été créée en 2012 et sa naissance publiée dans le JO du 8 décembre 2012.

La place de l’AMR43 n’a jamais cessé de progresser en Haute-Loire en passant de 30 communes adhérentes en 2013 à plus de 80 aujourd’hui. Le même élan est constaté au niveau national.

Merci à tous les acteurs qui organisent et dynamisent la vie du quotidien dans les villages, dans les communes, dans un bel esprit de solidarité entre l’urbain et le rural.

 

ASSOCIATION DES MAIRES RURAUX DE LA HAUTE-LOIRE
Mairie –Pôle Laurent Eynac – 43150 LE MONASTIER-SUR-GAZEILLE
Tél : 04 71 05 11 74 / 06 73 03 03 58
Email : assomairesruraux43@orange.fr
www.amr43.fr

 


Élus de la Haute-Loire au 02/07/2021 (cliquez pour agrandir)


Liste des Maires de la Haute-Loire (cliquez pour agrandir)


Liste des Communautés de Communes de la Haute-Loire (cliquez pour agrandir)